?

Le noyau de la communauté comprend l’ensemble des savoir-faire en lien direct avec la matière première : le vin. Il s’étend de la conduite du vignoble à l’assemblage des lots d’eau-de-vie, en incluant  la distillation charentaise…

?

Les savoir-faire du second cercle ont été intégrés au fil du temps, de l’évolution des pratiques, de leur installation sur le territoire. Certains participent à l’enrichissement aromatique des eaux-de-vie (pépiniéristes, œnologues, courtiers, dinandiers, tonneliers…).

D’autres concourent à la mise en valeur du Cognac par l’élaboration des vins de liqueur obtenus par assemblage de Cognac et de jus de raisin frais venant de la même propriété (Pineau des Charentes), par les liqueurs à dominante de Cognac et par la mixologie. D’autres renforcent la singularité de chaque Cognac par le packaging.

?

Les praticiens du troisième cercle (BNIC, fédérations et syndicats professionnels, collectivités territoriales, structures d’enseignement, d’œno/spiritourisme, de protection juridique, de communication…) interviennent pour faciliter la diffusion et le maintien de la vitalité de cette tradition par la mise en œuvre d’actions communes.

?

Il est composé des habitants du territoire et des amateurs de Cognac, sensibles aux différentes étapes (découverte in situ des savoir-faire, réalisation de films par les communautés, création de cocktails…) et qui partagent la culture du Cognac.

?

La communauté du Cognac est composée d’une diversité de praticiens qui interagissent les uns avec les autres de manière durable, et de tous ceux (amateurs, familles…) qui, en France comme à l’étranger, partagent la culture du Cognac. Elle se répartit sans hiérarchie en fonction de son rôle et de l’apport de son savoir-faire sur la transformation du vin en eau- de-vie de Cognac. Ses membres (hors amateurs) regroupent 60.000 personnes, qui en vivent de manière directe ou indirecte.

?

La communauté du Cognac est composée d’une diversité de praticiens qui interagissent les uns avec les autres de manière durable, ainsi que tous ceux (amateurs, familles…) qui, en France comme à l’étranger, partagent la culture du Cognac.

Ils se répartissent, sans hiérarchie entre eux, en fonction de leur rôle et de l’apport de leur savoir-faire sur la transformation du vin en eau-de-vie de Cognac. Ses membres (hors amateur) forment une communauté de 60 000 personnes, qui en vivent de manière directe ou indirecte.

?

Le noyau de la communauté comprend l’ensemble des savoir-faire en lien direct avec la matière première : le vin. Il s’étend de la conduite du vignoble à l’assemblage des lots d’eau-de-vie, en incluant  la distillation charentaise…

?

Ses savoir-faire ont été intégrés au fil du temps, de l’évolution des pratiques, de leur installation sur le territoire. Certains participent à l’enrichissement aromatique des eaux-de-vie (pépiniériste, œnologue, courtier, dinandiers, tonneliers…). D’autres concourent à la mise en valeur du Cognac par l’élaboration des vins de liqueur obtenus par assemblage de Cognac et de jus de raisin frais venant de la même propriété (Pineau des Charentes), par des liqueurs à dominante de Cognac et par la mixologie. D’autres renforcent la singularité de chaque Cognac par le packaging.

?

Les praticiens du troisième cercle (BNIC, fédérations et syndicats professionnels, collectivités territoriales, structures d’enseignement, d’œno/spiritourisme, de protection juridique, de communication…) interviennent pour faciliter la diffusion et le maintien de la vitalité de cette tradition par la mise en œuvre d’actions communes.

?

Il est composé des habitants du territoire et des amateurs de Cognac, sensibles aux différentes étapes (découverte in situ des savoir-faire, réalisation de films par les communautés, création de cocktails…) et qui partagent la culture du Cognac.